Je me prépare à emménager à une maison plus permanente, Lorsque je rencontre les voisins qui bavardent dans la longue, allée de gravier à côté.

heure de point à Nouvelle Écosse...seulement un petit peu exagéré…

Nouveau Voisin Dave: “C'est une route très fréquentée.”

Nouveau Voisin Gerald: “Eh oui.”

Moi: “Oh, C'est bien, J'avais vit dans les rues principales de Toronto et de New York… J'suis pas sûr que 'fréquent' pour vous est pareil pour moi.” (*merveilles rétroactivement si ce point est en ma faveur ou pas… je me tais vite-fait*)

NVD: “La route est la deuxième plus fréquentée dans la vallée”

NVD: “Ouai. Le plus fréquenté est route 1.”

Moi: (doucement, pas sûr si ça va me gagner des points…) “C'est là où j'habite maintenant.”

NVD: “Ouai, ils commencent aussi tôt que 5:30, les producteurs de poulet, les tracteurs. Je viens de voir un camion de pruche en passant…”

NVD: “T'es sûr que c’était la pruche? J’ai pu avoir juré c’était pin.”

NVD: “Eh bien, c’était certainement l’un d’eux. Pruche ou pin.”

Moi: (*je marmonne quelque chose que sonne (j'espère) comme devons-bavarder-à-nouveau-bientôt!; recule lentement*)

Je dois admettre, je ne savais pas que déplacer ici serait tellement exactement Sunshine-Sketches-of-a-Little-Town (un livre drôle par Stephen Leacock de vie dans une petite ville canadienne), ni que j’aurais besoin de plus que des compétences novices d'identification résineux , mais je l’aime. Et j'apprécie certainement le tour lent comparatif, que ma vie a pris ici. Littéralement: Wolfville est l’une des quelques villes dans le monde entier désignée comme une communauté de slow-food par Cittaslow, le mouvement slow food, fondé en Chianti, l'Italie. Ma partie préférée de ce que cela signifie, c’est qu’il y a un bon marché avec véritables agriculteurs et grands fruits et légumes locaux – un des éléments que je manque le plus sur la vie en France.

Wolfville est plutôt loin de Toronto, ainsi de suite le chemin j’arrête pour une pause au domicile d’un ami, dans le nord du Nouveau-Brunswick. J’ai connu la famille Halpine depuis que nous étions enfants, jouant de baseball et hockey de rue (et une fois maudit, flag-football) avec tous nos frères et sœurs combinés. Après la vingtaine d’années depuis que les Halpines ont quitté Toronto pour le Nouveau-Brunswick, voici, je suis la même route aux provinces de l’est.

J’arrive aux petites heures du matin, quand tout ce qu'on vois est la lumière dans la fenêtre qui me montre du doigt à travers l’étang. Mon hôtesse est encore en place grâce à ce petit chiot boxer et ses frères et sœurs qui ont besoin de bouteille tétées toutes les deux heures! Du matin, il fait si froid mon appareil photo givre, mais les cochons et les vaches sont curieux de rencontrer la nouvelle invitée. Il est aussi une serre, pour des légumes frais toute l’année.

Dave est de mon age, et gère la ferme avec sa femme Kim et leurs quatre jeunes fils. Quand j’arrive, les garçons ont une soirée pyjama dans le grenier de la grange, tandis que Kim est (encore!) éveillée, prenent soin des chiots nouveaux-nés. Le lendemain matin, Dave et moi avons beaucoup de rattrapage à faire, particulièrement échangeant des histoires sur la façon dont deux enfants de Toronto ont fini comme agriculteurs Maritime et discutant les techniques de culture. Mon tour de la propriété familiale comprend la grange de bétail, le poulailler juste à côté, la serre, le jardin en plein air et l’érablière, un peu plus loin – ce qui est soulevé/cultivées organiquement. Avec les chiots s’établir dans le salon, et un clapier dans le dos, la maison est tout autant partie intégrante de la ferme. Leurs fenêtres de salon doubles comme une serre pour les pousses en pot – certains expérimentale, comme les arbres de mangue et d’avocat, d’autres sont des herbes et des légumes qui iront dans la serre. J’aime voir ce côté de l’agriculteur de quelqu'un j'ai connu depuis que je suis 5. En visitant eux, j'obtiens un aperçu de ce que ma vie semblera à Wolfville puisque j’intègre une ferme, pas seulement un vignoble. (Et j’ai une nouvelle source de lapin qui est un peu plus difficile à trouver ici qu’à Bordeaux!) Il fait très froid, alors que je suis là, mais j'ai hâte de revenir en été quand tout est a) chaud et b) poussant!

Une partie importante du matin est prendre la motoneige pour taper les érables au bord de la proprietée. Dave me montre comment insérer le robinet, et quelques instants plus tard, la sève commence à courir.

Alors là je commence au nouvel emploi. J'avais les & Vignobles de Lightfoot et Wolfville sur mon radar depuis ma visite à la Nouvelle-Écosse en 2016. Ils n’étaient pas ouverts pour les visiteurs à la fois – il s’avère qu’ils construisaient encore leur nouvelle étable (espace de vente boutique/chai/bistro/événement) – mais j’ai trouver leurs vins dans un magasin de vin de Halifax et vraiment les apprecié. Lightfoot et Wolfville a été spécifiquement soulignés à moi parce qu’il est un domaine en biodynamie, le seul en Nouvelle-Écosse, et un des deux vignobles cultivés en bio. Tout d’abord, il y a seulement une poignée de vignobles en biodynamie au Canada, alors QUELLE CHANCE qu’ils se trouvait être besoin d’un vigneron assistant tout comme j’ai termine mon diplôme.

J’ai été ici pendant trois mois et bien qu’il existe plusieurs projets cool de parler, je commence par une petite introduction à ma nouvelle maison à Vignobles de Lightfoot et Wolfville. Il s’agit d’un producteur relativement nouveau dans la scène de la Nouvelle-Écosse, avec les premiers cépages plantés dans 2009, les premiers vins de 2012, et les premiers vins sortis en 2014. L’espace des visiteurs vient d’ouvrir il y a moins d’un an, c’est donc un très bon moment d’être ici, éprouvant les poussées de croissance avec cette opération.

Vues de Lightfoot et Wolfville – la cave de la route. Et cette vue magnifique qu'il faut venir dans la cave pour voir.

J’ai beaucoup à apprendre ici, y compris comment gérer des variétés hybrides de raisin. Les hybrides sont traversées de plus d’un vitis espèces – tout en vitis vinifera est originaire de l’Europe – pensez de Chardonnay, la famille de Pinot, Riesling, etc, vitis rupestris/riparia/labrusca (raisins Concord sont un bon exemple) sont originaire d’Amérique du Nord et de croisements entre ces espèces de raisin se marient le potentiel viticole du vignoble européen avec la rusticité de froid et de maladie des vignes américains. Bien que Lightfoot & Wolfville a un portefeuille fort de vitis vinifera , vinification avec des variétés hybrides va de pair avec l’être dans un climat froid comme celui-ci.

Certains de mes premières vues de la propriété – la salle de réception en hiver, le chai des barriques et le vignoble de Wolfville avec Cap Blomidon en arrière.

Comme un vignoble biodynamique, il y a une pleine exploitation à côté des vignes, donc j’ai parfois des tâches d'élévages (à côté: C'est un mot un peu drôle en anglais, comme un mari? Apparemment le définition archaïque signifie prendre soin d'un ménage… c'est remarquablement avant-gardiste pour les archaïques, non?) associées à mon rôle de vigneron assistant. Jusqu'à présent qui a consisté à surveiller les moutons au cours de la saison de l’agnelage, vérification de la clôture électrique, l’élevage des vaches pour des pâturages plus verts (même pas une métaphore – l’herbe a été littéralement plus verte de l’autre côté de l’allée, donc nous avons y pris eux.

Veaux regardent timidement de la grange pendant l’hiver. Moi participant aux activités de l’agneau, tandis que cette jeune maman sur le gauche merveilles si elle a n’importe quel aliment dans ses dents. Sur le fond, les agneaux ont seulement été là un jour ou deux, mais je pense que cette brebis pouvait déjà utiliser une pause! Quand le temps chaud est enfin arrivé, les cochons sont heureux de déménager au pâturage.

Je vais vous laisser là pour l'instant, et parler de quelques-uns de mes projets et cette millésime particulière dans le prochain post. Toutefois, je ne ferai pas de promesses en ce qui concerne quand ce sera. Il s’avère que le rythme de vie ici dans la (Annapolis) Vallée me convient parfaitement, et je ne trouve pas souvent le temps de s’asseoir à mon ordinateur pour écriture.

 

 

 

(Vu 116 fois, 123 vues aujourd'hui)

2 pensées surc’est ma vie maintenant

  1. Arbres de mangue et d’avocat?!? Expérimentation impressionnante dans cette partie du monde! Heureux d’entendre que le rythme vous convient, sonne plutôt zen-comme 😉 acclamations d’un bloc depuis Les Capucins (où nous vivons maintenant)!

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de commentaire sont transformées.