s'arrêter et sentir les rosés

Ma mère faisait la meilleure glaçage. Comme beaucoup de ses recettes éprouvées, il venait de la Joy of Cooking (à ce jour ma première et la seule bible de cuisson), et a demandé du sucre glace, du beurre, de la vanille et de la crème (et bien sûr de la coloration alimentaire). Il y avait deux choses qui la rendant si spécial; la première était qu’elle a été faite seulement pour les gâteaux d’anniversaire (il y a 8 dans ma famille, donc beaucoup d’occasions dans une année). La seconde, c'était rigide, pas comes les glaçages à la crème au beurre doux que tout le monde semblait préférer. Ce sont les heures (!) attendre au réfrigérateur entre le moment où que le gâteau était glacé et le temps qu'il était servi, qui fait durcir. Et puis quand on en a mangé, la première bouchée ou deux de gâteau a été encadrée avec une croûte sucrée rigide, mais alors le troisième mordre (en supposant qu'on poudrait ralentir et faire la tranche durer plus que 30 secondes) a quand la glaçage commencerait à ramollir et même fondre dans sa bouche si on la laisse s’attarder sur sa langue. C’est ce qui le rend sublime.

Gousses de vanille, extrait de vanille, glaçage parfumé vanille. Je viens par cette mémoire honnêtement!

Lire la suite